la couverture du Culture En Jeu N°56

Le numéro 56 vient de paraître !

EDITION SPÉCIALE QUADRILINGUE

Au sommaire :

  • Édito : Le Contrat asocial (Frédéric Gonseth)
  • La RTS, vecteur d’identité depuis sa naissance (Chantal Tauxe)
  • Le Mirage « No Billag » (Jean-Jacques Lagrange)
  • Télévision suisse & cinéma suisse, un partenariat de longue date (Denis Rabaglia)
  • La musique aussi relève du service public (1500 membres de la Suisa)
  • Le chant de nos mers (Daniele Finzi Pasca)
  • Il était une fois (Pedro Lenz)
  • No Billag (Marco Solari et Raphaël Brunschwig interviewés par Ivo Silvestro)
  • Un franc pour la SSR est un franc pour la cohésion de la Suisse (Christine Bulliard-Marbach)
  • Edito : Cittadini o consumatori ? (Alberto Chollet)
  • La SSR in tempo di pace (Verio Pini)
  • Il suono dei nostri mari (Daniele Finzi Pasca)
  • Anche la musica rientra nell’ambito del servizio pubblico (1500 membri della SUISA)
  • No Billag (Ivo Silvestro)
  • La clav magica (Iso Camartin)
  • Pertgei senza ver in mund en tei eis ti mo termagl dil mund (Mario Pacchioli)
  • Edito : Was kostet es - was bringt es mir ? (Nina Scheu)
  • Es war einmal (Pedro Lenz)
  • Eine demokratische Geschichte erzählen alle (Mona Petri)
  • Schweizer Fernsehen & Schweizer Kino (…) (Denis Rabaglia)
  • Arbeiten Journalistinnen bei privaten Medien besser als bei öffentlichen? (Urs Thalmann)
  • Es geht nicht um Geld, sondern um unabhängige Service Public Medien: Für Vielfalt und Demokratie (Balthasar Glättli)
  • Jeder Franken für die SRG ist ein Franken für den Zusammenhalt der Schweiz (Christine Bulliard-Marbach)
  • Warum „No SRG“ der Medienbranche schadet (Philipp Cueni)
  • Neues Mediengesetz statt Kurzschlusshandlungen (Albert Vitali)
  • Auch die Musik ist ein Service public (1500 Mitgliedern der Suisa)
  • „No Billag“ – Wir sollen auf unsere Kosten sparen (Daniel Fueter)
s’abonner

association CEJ

En 2002, les artistes romands, touchés par la décision des autorités fédérales concernant l’attribution des concessions de maisons de jeux et soucieux du sens qui sera donné à la loi sur les jeux de loteries, après avoir lancé une pétition, ont décidé de s’organiser en association : l’association CultureEnJeu.

Comité

Président : Frédéric Gonseth
Vice-président : Marco Polli
Secrétaire & trésorier : Gérald Morin
Membres : Joël Aguet, Christian Campiche

Statuts

Art. 1 Nom et siège
Sous la dénomination « CultureEnJeu » est constituée une association dont le siège est à Lausanne.
Art. 2 Activité et buts
La sauvegarde des ressources financières des artistes de toute la Suisse.
La garantie que la répartition des fonds destinés à la culture issus des bénéfices des maisons de jeux et des jeux de loteries, soit assurée par des organes indépendants des services de l’État.
Art 3 Sont membres
Les artistes issus de toutes les disciplines artistiques.
Les personnes morales (associations et organisations) poursuivant des buts culturels.
Art 4 L’Assemblée Générale
Est l’organe suprême de l’association, convoquée au minimum une fois par année.
Elle élit au minimum cinq membres du comité dont le président, le secrétaire et le caissier.
Elle décide des projets et des actions.
Elle fixe les cotisations selon quatre catégories : les membres individuels, les associations, les organisations faîtières et les organisations membres de soutien.
Art 5 Vote
Chaque membre présent à l’assemblée générale a droit à une voix.
Les personnes morales ont droit à une voix.
Art. 6 Le Comité a comme fonctions :
D’exécuter les mandats donnés par l’Assemblée générale.
De prendre toutes les initiatives opportunes pour que les buts de l’association soient poursuivis, connus et réalisés.
Art. 7 Financement
Les cotisations des membres.
Les donations en tout genre.
Les subventions publiques et privées.
Art. 8 L’organe de révision
Est chargé d’examiner chaque année la comptabilité et de présenter un rapport écrit à l’Assemblée générale.
Art 9 Démissions
Les membres de l’association peuvent annoncer leur démission au minimum 2 mois avant l’Assemblée générale.
Art. 10 Dissolution
La dissolution de l’association ne peut être prononcée qu’à la majorité des deux tiers d’une Assemblée générale.


Intéressé par notre association ? Contactez-nous !


Nos partenaires