la couverture du Culture En Jeu N°60

Le numéro 60 vient de paraître !

Au sommaire :

  • Édito : Descendre dans l'arène (Chantal Tauxe)
  • Dossier : 12 pages sur les Artistes engagés
  • Théâtre, le retour des troupes
  • La guerre des plateformes
  • À Villars-sur-Glâne en attendant Noël
  • Pratique du droit d’auteur
s’abonner

Disponibles en ligne

Afficher plus de numéros

ThéâtrePro Valais, un dispositif de soutien

imprimer imprimer

« ThéâtrePro permet à la création valaisanne d’exister dans des conditions professionnelles » : tel est, selon le directeur du Théâtre du Crochetan, Lorenzo Malaguerra, l’impact de ce programme de soutien sur la création théâtrale et chorégraphique valaisanne.Cette déclaration contient, en effet, une part de réalité. Cinq ans après sa création, le dispositif de soutien ThéâtrePro a permis la réalisation de trente-huit projets théâtraux et chorégraphiques professionnels d’envergure. Mis sur pied en 2006 par le Service de la culture de l’État du Valais en collaboration avec la Délégation valaisanne à la Loterie Romande, il avait été présenté à ses débuts comme un « programme novateur de promotion de la création théâtrale professionnelle ». Depuis, l’objectif premier n’a pas changé et 600’000 chf sont alloués chaque année à des projets soigneusement sélectionnés par une commission spécialisée. De quoi donner une impulsion à un domaine de création qui ne rayonnait que modestement sur la scène romande.

Le coup d’envoi a été donné en 2005, suite au constat quelque peu provocateur émis par Corinne Arter, à l’époque directrice de l’école de Théâtre de Martigny, dans son mémoire sur la politique culturelle en Valais en matière de création théâtrale : « La création est quasiment inexistante en Valais ». À cette époque, le Valais regorgeait pourtant de comédiens professionnels, sommés de s’expatrier par manque de travail. Quelques compagnies professionnelles existaient, sans pour autant pouvoir inscrire leur travail dans une continuité. Les théâtres, quant à eux, avaient de la peine à professionnaliser leurs équipes, faute d’un volume d’activités suffisant. Cet état de fait a amené le Service de la culture de l’État du Valais à imaginer un dispositif de soutien qui permettrait aux comédiens et metteurs en scène professionnels de créer en Valais, dans des théâtres en bon état de fonctionnement, entourés d’une équipe professionnelle de techniciens et d’administrateurs. Ainsi est né ThéâtrePro qui a permis, selon l’avis du metteur en scène Armand Deladoëy, « une avancée de la création valaisanne spectaculaire malgré les mécontents ». Car mécontents il y a… En effet, les critères d’admissibilité au concours sont exigeants : professionnalisme de la création et de l’organisation, contrat requis entre un théâtre et une compagnie, travail de création majoritairement effectué en Valais, activités de diffusion et acquisition de nouveaux publics souhaités, expertise obligatoire. Tout cela peut paraître contraignant sans que les candidats aient pour autant la garantie de recevoir un soutien. Chaque année, une commission composée d’experts est chargée d’opérer un choix, seul un nombre limité de projets pouvant être soutenus. L’objectif premier de ThéâtrePro – une création valaisanne professionnelle de qualité – et les importants apports financiers semblent justifier ce haut niveau d’exigence.

L’une des plus grandes innovations du dispositif réside dans la nécessité de conclure un partenariat entre une compagnie et un théâtre. Afin de pouvoir accueillir un projet ThéâtrePro, un théâtre doit être porteur du label « Théâtre de création valaisan ». À ce jour, cinq théâtres, entre Viège et Monthey, répondent aux critères de qualité exigés. Cette labellisation constitue une opportunité de renforcer l’engagement en faveur de la création. Prenons l’exemple du Théâtre du Crochetan : selon son directeur, « le Crochetan est essentiellement un lieu d’accueil. Le fait d’être labellisé nous permet d’équilibrer un peu notre mission en faisant de la création. Cela nous permet aussi d’être ancrés dans le territoire valaisan et d’agir pour le développement d’une pratique professionnelle en Valais. Pour moi, il est très important que le Crochetan soit un lieu ouvert, qu’il vive, qu’il respire grâce à des gens qui y travaillent ailleurs que dans leurs bureaux. » Ce contrat de collaboration permet de répartir les tâches et de fixer les engagements financiers réciproques, mais pas uniquement ! Pour un metteur en scène tel qu’Armand Deladoëy, « il est important pour une compagnie de sentir le soutien du théâtre, qui devient partie prenante du projet artistique ».

L’une des missions du dispositif étant de permettre un travail et un développement dans la durée, un programme de résidence a été lancé en 2010. Tous les trois ans, trois compagnies de danse ou de théâtre sont sélectionnées pour une résidence de trois ans dans un théâtre labellisé. L’aide annuelle octroyée aux compagnies peut aller de 30’000 chf à 70’000 chf. Depuis le début de l’année 2011, l’Ensemble-Théâtre Le Crochet à Nuages réside dans le Théâtre Les Halles à Sierre. Que représente ce soutien pour cet ensemble dirigé par Armand Deladoëy ? « Pour nous, pour moi, cela représente une recentralisation de mon travail en Valais, et aussi une plus grande stabilité dans le processus de création. L’influence est grande, car la résidence me permet de travailler dans le sens qui a toujours été le mien et qu’il était de plus en plus difficile de mettre en œuvre, vu la conjoncture actuelle. » En effet, ces résidences permettent aux ensembles qui en bénéficient de travailler d’une manière plus approfondie, sous forme de laboratoires, et d’aller plus loin dans leur recherche. La course au projet, phénomène largement répandu dans le monde du théâtre et de la danse, est, pour un bref instant, freinée.

Depuis la mise sur pied de ThéâtrePro, que de chemin parcouru pour la création valaisanne ! Mais la route est encore longue et les responsables de ThéâtrePro gardent l’œil ouvert : les milieux culturels changent rapidement et il s’agira à l’avenir de répondre au mieux aux nouvelles réalités – afin de permettre à la création théâtrale et chorégraphique valaisanne de prendre son envol, même au-delà des frontières suisses.


Pour plus d’informations : www.theatrepro.ch
Pour la rédaction de cet article, deux personnes ont été interviewées : Lorenzo Malaguerra, directeur du Théâtre du Crochetan à Monthey, et Armand Deladoëy, metteur en scène de l’Ensemble-Théâtre Le Crochet à Nuages.

© Muriel Constantin. Reproduction des textes autorisée uniquement avec l’accord de l’éditeur et avec la citation de la source. Les illustrations sont la propriété de leurs auteurs respectifs.


Nos partenaires