la couverture du Culture En Jeu N°60

Le numéro 60 vient de paraître !

Au sommaire :

  • Édito : Descendre dans l'arène (Chantal Tauxe)
  • Dossier : 12 pages sur les Artistes engagés
  • Théâtre, le retour des troupes
  • La guerre des plateformes
  • À Villars-sur-Glâne en attendant Noël
  • Pratique du droit d’auteur
s’abonner

Disponibles en ligne

Afficher plus de numéros

Édito n°18, juin 2008 – La culture a un prix

imprimer imprimer
Par Frédéric Gonseth et Gilles Tschudi

La culture a un prix, c’est même la raison d’être de ce journal, désormais elle aura aussi son Prix, que l’association faîtière Suisseculture a accordé au président de votre association, pour services rendus dans divers domaines. Notamment la création de CultureEnJeu, qui a permis le regroupement des forces de la création artistique accompli en Suisse romande. En se lançant tête baissée en 2002 dans un combat qui pouvait paraître régional-romand, et limité à la surface de contact entre les intérêts de la Loterie Romande et ceux des associations culturelles bénéficiaires, l’équipe de CultureEnJeu (car c’est toute une équipe) s’est retrouvée très vite à bâtir en réalité une force de cohésion des artistes romands – vulgairement un « lobby » de la culture romande – qui s’est avéré jouer le rôle d’un complément romand à Suisseculture, l’association faîtière nationale, connue surtout par son power-play dans le camp alémanique, tout en assumant la tâche du gardien de but fédéral.

fullsized
Illustration © 2008, Bruno Racalbuto

Et très vite CultureEnJeu s’est retrouvé à faire comme M. Jourdain, de la prose fédérale sans le savoir, puisque les ressources des loteries sont fournies par les joueurs de loteries, mais les règles du jeu le sont par la Confédération. Et celle-ci ne cesse de brouiller les cartes en étant juge (les lois et leur application) et partie (les casinos dont elle est quasi « actionnaire »). C’est pourquoi, de ce combat limité, notre journal et l’association qui le porte sont passés à une lutte au niveau national. D’abord pour faire capoter un projet de loi visant à « libéraliser » les loteries, ce qui fut obtenu grâce à l’assaut victorieux de Don Quichotte contre le Palais fédéral. Et aujourd’hui, pour inscrire dans le cœur même du Pacte fédéral le principe que tous les jeux d’argent soient mis au service du bien commun.

L’actualité se charge d’ailleurs de confirmer de manière éclatante la nécessité de cette initiative populaire fédérale, qu’il faut signer et que CultureEnJeu va faire signer en masse dans les festivals de cet été. Le Tribunal fédéral, dans l’affaire de l’interdiction du Tactilo romand et du « Touchlot » alémanique, vient d’accorder aux casinos et aux loteries un droit de recours identique, et donc, quelle que soit la décision qu’il prendra pour ou contre le Tactilo, le TF semble dire : « retardons le plus possible notre décision » – bref, c’est un combat qui doit se régler au niveau politique.

Et l’initiative vient à point proposer que ce soit ni le Conseil fédéral, juge et partie, ni le Parlement, trop sensible aux sirènes des casinos, mais le citoyen suisse qui puisse trancher – en faveur du bien commun.

© Rédaction de CultureEnJeu. Reproduction des textes autorisée uniquement avec l’accord de l’éditeur et avec la citation de la source. Les illustrations sont la propriété de leurs auteurs respectifs.


Nos partenaires