la couverture du Culture En Jeu N°60

Le numéro 60 vient de paraître !

Au sommaire :

  • Édito : Descendre dans l'arène (Chantal Tauxe)
  • Dossier : 12 pages sur les Artistes engagés
  • Théâtre, le retour des troupes
  • La guerre des plateformes
  • À Villars-sur-Glâne en attendant Noël
  • Pratique du droit d’auteur
s’abonner

Disponibles en ligne

Afficher plus de numéros

Témoignages d’artistes

imprimer imprimer

Dimitri

Clown, Verscio
« Le jeu est dans la nature humaine. Les enfants jouent avec leurs jouets, les artistes jouent avec leurs expressions, les joueurs jouent avec leurs sensations. Il faut que la société suisse joue le jeu de la diversité, pour ne pas mettre en danger le soutien à la culture. »


Climage (Stéphane Goël, Alex Mayenfisch, Grégoire Mayor, Fernand Melgar, David Monti, Daniel Wyss)

Association de réalisateurs indépendants, Lausanne
« Depuis 1991, une vingtaine de documentaires – diffusés par la TSR, les autres chaînes suisses ainsi qu’à l’étranger et dans de nombreux festivals – ont été réalisés au sein de notre structure associative. Sans le soutien constant de la LoRo, bon nombre de ces films seraient restés à l’état le plus décourageant qu’un projet artistique puisse connaître : sans lendemain.
La LoRo signifie donc pour nous, avec d’autres partenaires financiers, la concrétisation de projets proposant un regard sur l’histoire ou la vie sociale de la Suisse. Et ceci avec une continuité, une liberté et une confiance que seule une institution d’utilité publique peut garantir.En plus de l’aide que la LoRo apporte à la production cinématographique suisse romande, elle nous a permis d’acquérir nos propres moyens techniques de tournage et de montage, favorisant la diminution des coûts de nos films et permettant de donner des coups de pouce à d’autres réalisations au budget restreint ou inexistant.Et puis, être bénéficiaire du soutien de la LoRo offre un autre avantage : si l’envie vous prend de gratter un Tribolo au coin d’une table de bistrot et que vous ne gagnez rien, vous pouvez toujours vous dire que tout n’est pas perdu ! »


Raymond Vouillamoz

Cinéaste et ancien directeur des programmes TSR, Lausanne
« La Loterie Romande, elle, toujours elle »
« Qui appelle-t-on à l’aide lorsque par exemple le budget de fonctionnement de la Cinémathèque suisse ne permet pas de tirer de l’oubli poussiéreux un chef d’œuvre oublié ? À quelle porte va-t-on frapper lorsqu’on est persuadé que le Festival Cinéma Tout Écran à Genève doit vivre malgré le lâchage fédéral ? Comment soutenir une jeune cinéaste prometteuse ? Une seule réponse, dans toutes les réunions des associations, fondations, maisons de productions, auxquelles je participe depuis la nuit des temps : la Loterie Romande. Même à la Télévision suisse romande, lorsque germaient des idées hors budget, comme la célébration de son 50e anniversaire, c’est la Loterie Romande, elle, toujours elle, qui donne le coup de pouce salvateur, après avoir comme toujours soigneusement pesé le pour et le contre.
Et l’on voudrait maintenant que les bénéfices générés par les jeux de hasard tombent tout cuits et sans autre forme de procès dans la poche d’entrepreneurs obsédés par le seul profit ? Caricature de l’ultra-libéralisme ! Mort annoncée de la culture suisse romande, de la plus traditionnelle à la plus déjantée ! Méconnaissance du miracle culturel romand si beau et si fragile à la fois !
Chère LoRo, tu es bonne comme le pain quotidien. Que ferions-nous sans toi ? »


Philippe Clivaz

Directeur de l’association Base-court et expert à l’OFC, Lausanne
« Je signe allègrement et des deux mains l’initiative Pour des jeux d’argent au service du bien commun. J’aurais même tendance à enfreindre une de mes habitudes bien suisses en invitant goulûment toute personne qui a un tant soit peu de sens de la solidarité à poser sa griffe au bas de cette initiative…
Pourquoi ? Simplement pour qu’on soit aussi nombreux que possible – par notre paraphe – à dire :
  • que nous voulons que les bénéfices liés aux jeux d’argent soient gérés par les cantons et destinés au sport, au social et à la culture.
  • qu’il y a bien assez d’autres endroits où le libéralisme délirant (c’est-à-dire le principe qui veut que les bénéfices soient privatisés et les pertes collectivisées) sévit.
  • que la richesse et la diversité culturelles – pour parler d’un domaine que je connais un peu – sont autant de preuves tangibles de l’efficacité d’un système apprécié en tout cas en Suisse romande et qu’il n’est pas question d’accepter de le démanteler.
Et toc ! D’autres questions ? »


Frédéric Landenberg

Comédien et réalisateur, Genève
« J’aurais plus de facilité à calculer le nombre de fois où la Loterie Romande ne s’est PAS investie dans un projet auquel j’ai participé que le contraire. Depuis 18 ans que je suis dans ce métier, que ce soit comme acteur ou comme réalisateur, la Loterie Romande a très souvent été présente et parfois même pour certains spectacles, elle fut l’unique soutien. Autant dire que si elle n’était plus là, le paysage culturel romand risquerait d’être méconnaissable. »


Jo Boegli

Actrice et créatrice, Lausanne
« Depuis 1994, La Loterie Romande soutient nos créations. Sans ses dons, aucun des spectacles du Collectif nunc Théâtre n’aurait pu voir le jour ! Des auteurs contemporains ont ainsi pu être découverts par un large public, une centaine de collaboratrices et collaborateurs ont mis leur talent au service de ces créations. Merci. »


Dorian Rossel

Metteur en scène et comédien, Chambésy
« La Loterie Romande est un soutien vital pour tous. Mais je pense spécialement pour les jeunes compagnies et donc la ‹ relève ›. Souvent, la Loterie soutient les projets avant que d’autres ne s’y intéressent. »


Guy Bovet

Organiste de la Collégiale de Neuchâtel
« La disparition – ou même un simple affaiblissement – de la Loterie Romande serait un arrêt de mort pour la plupart des entreprises culturelles de notre région. Le fait que les preneurs de décisions soient locaux et connaissent bien les activités pour lesquelles la Loterie est sollicitée est une garantie de traitement soigneux, minutieux et équitable des demandes. Une institution éloignée du lieu des productions n’est pas à même de jouer ce rôle correctement. C’est cette proximité qui fait que la Loterie Romande est unique et irremplaçable. Il faut tout faire pour la soutenir ! »

© Rédaction de CultureEnJeu. Reproduction des textes autorisée uniquement avec l’accord de l’éditeur et avec la citation de la source. Les illustrations sont la propriété de leurs auteurs respectifs.


Nos partenaires