la couverture du Culture En Jeu N°60

Le numéro 60 vient de paraître !

Au sommaire :

  • Édito : Descendre dans l'arène (Chantal Tauxe)
  • Dossier : 12 pages sur les Artistes engagés
  • Théâtre, le retour des troupes
  • La guerre des plateformes
  • À Villars-sur-Glâne en attendant Noël
  • Pratique du droit d’auteur
s’abonner

Disponibles en ligne

Afficher plus de numéros

Témoignages d’artistes

imprimer imprimer

Sandrine Kuster

Théâtre Arsenic, Lausanne
« L’Arsenic bénéficie régulièrement de dons de la Loterie Romande. Ces dons permettent à la structure d’acquérir du matériel technique, tel que projecteurs lumières et vidéo, tapis de danse, rideaux, système de sonorisation. Ce parc technique sert aux spectacles en création à l’Arsenic, mais il est également prêté à d’autres structures culturelles. Ces dons représentent un complément vital au secteur technique, ce dernier étant aussi essentiel que la coproduction des spectacles et l’accueil du public. »


Barnabé

Comédien et directeur du Café-Théâtre de Servion
« La Loterie Romande. Voilà une institution qui offre une santé de gestion et une qualité de répartition exemplaire. D’abord, il y a le dynamisme de l’exploitation des jeux. Ensuite, c’est une toute petite partie de l’argent perdu par les joueurs qui est utilisée pour couvrir les frais d’exploitation. Et enfin, cet argent est confié à un organisme de répartition indépendant qui encourage des projets créatifs et ambitieux dans la culture, le sport, le social, la recherche, l’environnement. Ne serait-ce pas un exemple flamboyant d’humanisme et d’équité qu’il serait bon d’ancrer dans la Constitution ? »


Carlos Leal

Comédien, Renens
« Quand on joue un rôle au cinéma, on s’immerge totalement dans le personnage et dans l’histoire. Une fois le tournage terminé, la réalité reprend le dessus. La production d’un film nécessite beaucoup d’énergie et pas mal d’argent. L’importance des loteries dans le financement du cinéma suisse est primordiale. Alors je vous invite tous à signer l’initiative pour que la culture cinématographique suisse continue d’être féconde et prometteuse. »


Thierry Romanens

Musicien et humoriste, Yverdon
« La Loterie Romande est actuellement l’organe subventionneur principal concernant mes projets, car les montants alloués sont plus importants que ceux des pouvoirs publics.
C’est pourquoi, en grattant un billet de Tribolo, j’ai toujours un peu le sentiment de capitaliser pour mon prochain spectacle.
J’ai un plaisir un peu plus discret quand je règle mes impôts. »


Florence Faure

Directrice de la Cie Nomades et de l’atelier.le.loft, Vevey
« L’objet profond de l’artiste est de donner plus qu’il ne possède. » Paul Valéry, Cahiers
« Merci à la LoRo qui nous soutient dans cette mission. »


Laurent Sandoz

Comédien, Genève
« Dès mon enfance, la Loterie Romande fait partie de mon univers. Elle représente un de ces symboles constitutifs de notre imaginaire national. Lorsque, plus tard, j’apprends que ses bénéfices sont destinés à surseoir aux carences de l’État dans les domaines sociaux et culturels, je me sens libre de jouer de temps en temps car j’ai pris conscience que l’argent que je dépense ainsi va servir et aider. Il n’est dès lors plus question pour moi, lorsque me prend l’envie de jouer, d’acheter autre chose qu’un produit offert par elle. Sa disparition ou son transfert dans des mains motivées par le seul goût du lucre constituerait pour moi une sorte de trahison. Trop d’amis voient leurs projets se concrétiser grâce à elle pour que je reste silencieux lorsqu’elle est menacée. Longue vie à la Loterie au service de tous ! »


Hervé Dumont

Directeur de la Cinémathèque suisse, Lausanne
« Pour la Cinémathèque suisse, le rôle de la Loterie Romande est non seulement précieux – mais proprement vital. L’ampleur et la complexité croissante des tâches patrimoniales dans le domaine du septième art, alliées aux défis des nouvelles technologies, font que le soutien des pouvoirs publics ne suffit plus à couvrir l’ensemble de nos activités. Depuis plus de dix ans, la Loterie Romande finance à elle seule la totalité du matériel technique et scientifique dont la Cinémathèque a besoin pour la conservation efficace des collections, pour la restauration du cinéma national et pour la diffusion de son travail auprès du public. Il ne faut pas beaucoup d’imagination pour réaliser que la disparition de cette manne salvatrice aurait des conséquences particulièrement graves. »


Jacqueline Veuve

Réalisatrice, Les Monts-Corsier
« Je me souviens, en 1980, alors que j’avais réalisé quelques moyens métrages et un long métrage documentaire, d’un fait divers paru dans un journal lausannois : un jeune toxicomane, après 9 mois de préventive, se suicide, sa mère reçoit sa dernière lettre à son fils en retour avec pour mention ‹ Parti sans laisser d’adresse… ›.
Ce cynisme de l’administration m’a donné envie d’en savoir plus, j’ai enquêté, me suis aperçue que, avec un tel sujet, je ne pouvais réaliser qu’une fiction. J’ai écrit, trouvé une partie de l’argent… mais il manquait la dernière partie. Et c’est la Loterie Romande qui me l’a octroyée, sans celle-ci pas de film, pas de Parti sans laisser d’adresse à Cannes, à la Semaine de la Critique à Locarno et dans les salles.
Et depuis, la Loterie Romande m’a aidée financièrement pour tous mes films. Il est très difficile d’expliquer à quel point cela soulage de recevoir cet argent, qu’on a chaud au cœur. Comme tous les artistes, saltimbanques de mon espèce, je regarde les affiches de théâtre, cinéma, danse, etc. et je m’aperçois que la Loterie Romande est toujours là, parmi les sponsors et mécènes. Une phrase : ‹ Sans elle, pas de culture. »


Jean-Stéphane Bron

Réalisateur, Lausanne
« Dérégulations, privatisations. Et maintenant… la finance perd la tête ? L’État serait bien inspiré de garder ses esprits. En garantissant aux loteries leur mission de ‹ services publics ›. Pour le bien de tous. »


François Margot

Musicien, Cossonay
« Il y a bien longtemps que j’ai essayé pour la première fois de répondre à la question ‹ Si vous aviez beaucoup d’argent, qu’en feriez-vous ? ›. Faire de beaux voyages, s’acheter une maison… Éditer tous mes textes, enregistrer mes œuvres complètes… Puis, au fil des ans, une idée a germé ; elle est devenue une sorte de certitude :
– Si j’avais beaucoup d’argent, je financerais des productions qui ne rapportent pas beaucoup d’argent !
Une production artistique confidentielle n’est pas une production sans valeur. C’est bien au contraire l’art du compromis dont il faudrait douter de la valeur. Il est si facile d’accorder crédit à ce qui fait déjà bénéfice…
Je n’ai jamais désiré être un artiste ‹ entretenu ›. Mais il ne m’a pas déplu d’être parfois un artiste ‹ soutenu ›… Et il est bien des projets qui se réalisent difficilement sans soutien. Il n’est pas faux de penser que l’artiste doit s’adonner à l’autocritique, se responsabiliser ; mais il est juste aussi d’imaginer que ceux qui ‹ ont beaucoup d’argent › fassent de même. »


Maria Mettral

Comédienne, Genève
« La Loterie Romande, on la voit dans la rue, dans les journaux, dans l’ascenseur d’un EMS, à la télévision, dans la quasi totalité des festivals de l’été, cela nous paraît normal, elle fait partie du paysage. En fait, elle constitue l’un des principaux piliers de la culture, de la recherche, du sport et de l’aide sociale en Suisse romande.
L’initiative Pour des jeux d’argent au service du bien commun va éviter que ce pilier ne soit fragilisé par les coups de boutoir des intérêts privés. Alors signez l’initiative pour que notre paysage social, sportif et culturel continue de s’embellir. »


Kaya Güner

Comédien, Prangins
« Pour des jeux d’argent au service du bien commun.
En tant que comédien, auteur, metteur en scène, je sais que bon nombre de créations n’auraient jamais vu le jour si elles n’étaient pas supportées financièrement par les subventions de la Loterie Romande. Force est de reconnaître que son aide se substitue largement à celle des pouvoirs publics qui est, dans bien des cas, inexistante.
Aujourd’hui, l’avenir de la culture et des arts, mais également celui de la prévoyance et de la santé, sont en jeu. Il ne faut en aucun cas que la redistribution des gains de loterie passe aux mains de l’État, mais qu’elle continue à être exercée par des organes de répartition indépendants, loin de toute manœuvre politique.
À l’heure du chacun pour soi et du ‹ Toufoulkamp ›, en inscrivant dans la Constitution le caractère d’utilité publique, culturelle et sociale des jeux d’argent, on assurera à très long terme le large rôle de mécénat que joue aujourd’hui la Loterie Romande et on permettra par là même, à la culture et à la création suisse, d’exister pleinement à l’intérieur et en dehors de nos frontières. Ceci pour le bien de tous, avant que les jeux ne soient faits et que rien n’aille plus. »


Marco Rima

Comédien et humoriste, Zurich
« Pile ou face ? Pile, je n’aide pas les machines à sous d’adresse à devenir aussi rentables que les précédentes machines de hasard. Face, j’appuie les loteries publiques dans leur action pour le social, le sport et la culture. »


Stéphanie-Aloysia Moretti

Cheffe de projet, Fondation Montreux Jazz
« La Loterie Romande nous permet de concrétiser des créations d’artistes rares, en bonne partie suisses. Ce soutien est également essentiel pour offrir un tremplin à de jeunes musiciens professionnels. Sans cette aide, de nombreux projets ne pourraient pas se réaliser. »


Les Peutch

Humoristes, Lausanne et Le Locle
« La vie est une grande loterie. Certains ont plus de chance que d’autres. Il y a les gens qui jouent sur scène. Il y a les gens qui jouent au kiosque. Il y a ceux qui grattent des tickets, il y a ceux qui brûlent les planches. Les pertes des uns permettent aux autres de subsister. Si la Loterie Romande devenait privée, ça vaudrait plus la peine de perdre au jeu ! Ton Ami les Peutch »


Laurence Revey

Chanteuse, Sierre
« La Loterie Romande fait partie de notre patrimoine. Elle fait également partie de notre identité romande commune. Il existe de multiples frontières à l’intérieur de la Suisse : linguistiques, culturelles, identitaires, régionales, cantonales… Il est essentiel que nous conservions intactes les passerelles qui nous unissent. La Suisse Romande n’existe pas sans la Loterie. Notre expression culturelle dépend de son soutien. Mais il ne s’agit pas uniquement de la culture ou des artistes. Nos vies quotidiennes sont accompagnées par des structures soutenues par la Loterie. Tous les Romands sont concernés. Mobilisons-nous pour ce que nous sommes. »


Nadine Thalmann

Comédienne, Fribourg
« Si par le jeu, on peut aider les activités culturelles et les artistes, tant mieux… ! Si par mon jeu d’actrice, je peux faire sourire ou rire les spectateurs, tant mieux aussi… ! Laissons la Loterie Romande remplir son rôle de mécène et de sponsor entre autres de la culture et des artistes. Elle n’est pas subsidiaire, elle est indispensable. »


Philippe Saire

Chorégraphe et directeur du Théâtre Sévelin 36, Lausanne
« Sans le soutien de la Loterie Romande, à Lausanne, il n’y aurait pas de Festival international de danse, et il n’y aurait probablement pas de Théâtre Sévelin 36. Ceci pour dire, brièvement, que ce soutien n’est pas seulement complémentaire, mais est parfois décisif dans l’existence même d’événements culturels, de lieux de représentations, de Compagnies de danse, de théâtre…
J’ai toujours trouvé invraisemblable qu’on puisse seulement imaginer éliminer ce soutien, voire laisser cette manne à des sociétés privées et commerciales.C’est pour moi faire preuve d’un grande méconnaissance du fonctionnement culturel de notre pays et mépriser l’importance de sa culture.
Ceci pour dire, en termes moins choisis, que c’est dénoter d’une bêtise politique crasse. »


Gisèle Salin

Metteuse en scène, Fribourg
« L’importance de la Loterie Romande est primordiale pour le théâtre romand. Sans son soutien, le public ne pourrait tout simplement pas profiter d’une grande partie des pièces montées actuellement. »


Gilles Tschudi

Comédien, Zurich
« Grâce à la Loterie Romande, chaque Romand a la possibilité de participer activement au financement des divers activités culturelles de la région. À travers le ‹ jeu › du hasard, il soutient la réalisation du ‹ jeu › culturel. Pour l’artiste et les organisateurs, c’est un geste d’entraide indispensable qu’il faut préserver, afin de ne pas mettre en ‹ jeu › l’avenir de notre diversité culturelle. Merci. »


Popol Lavanchy

Contrebassiste de jazz, Lausanne
« Indépendance de l’activité culturelle et création artistique d’une part, soutien à des institutions sociales d’autre part, voilà ce que permet la Loterie Romande en redistribuant ses bénéfices à des associations sans but lucratif.
À l’heure où ce soutien est menacé par les milieux économiques qui veulent simplement s’approprier ces bénéfices, il devient urgent de mettre en place des garde-fous pour conserver le respect d’une population marginale utile ayant sa place dans la société. »


François Rochaix

Comédien, metteur en scène et directeur du Théâtre de Carouge
« L’homme aura toujours le besoin de jouer. Et c’est très bien ainsi. Ce qui est encore mieux, c’est que les jeux de l’homme profitent à la vie culturelle grâce à la Loterie Romande. »


Romed Wyder

Cinéaste, Genève
« La Loterie Romande est le bailleur de fonds le plus important pour le financement des films en Romandie. Leur interdire les jeux comme le Tactilo menace directement la production cinématographique et sa diversité. »


Samuel et Frédéric Guillaume

Réalisateurs, Fribourg
« La Loterie Romande, en apportant son soutien très en amont, a permis à nos projets d’exister. C’est une aide indispensable pour le cinéma d’animation en Suisse, il faut la préserver à tout prix ! »


Sophie Gardaz

Directrice du Petit Théâtre, Lausanne
« Outre le soutien vital que représente la Loterie Romande pour toutes les entreprises culturelles de Romandie, c’est le soin extrême avec lequel cet argent est redistribué qui m’impressionne. Devant une telle avalanche de demandes certainement toutes enthousiastes et pressantes, j’admire l’engagement et le respect avec lesquels ces demandes sont traitées. Et les personnes chargées de cette délicate répartition, loin d’être de simples ‹ pourvoyeuses de fonds ›, sont devenues des partenaires actives, précieuses, des mécènes au sens le plus noble de la culture romande.
Si cette initiative aboutit, ce modèle pourrait s’étendre à la Suisse et devenir un facteur de lien et de rapprochement entre les expressions culturelles des différentes régions linguistiques. »


Metin Arditi

Écrivain et président de l’Orchestre de la Suisse Romande, Genève
« Je me souviens très précisément de mes premiers jours en Suisse. C’était en 1951. J’avais six ans et à la pension où on m’avait mis, je découvrais les drapeaux des différents cantons, vingt-deux à l’époque, reproduits sur une carte postale. J’étais émerveillé, tant ils étaient beaux, gais, vibrants, divers. On m’avait expliqué : c’est ça, la Suisse. Des cantons. C’est pas comme ailleurs. Même la capitale, tu vois, il n’y a pas vraiment de capitale. Berne, c’est la ville fédérale. Pas la capitale. »


Christophe Fellay

Musicien et compositeur, Martigny
« Il est de notre devoir de résister au discours dominant qui célèbre l’individualisme et tend à rendre suspecte l’idée d’une société solidaire. Démanteler la Loterie Romande est un acte irresponsable. Pouvons-nous imaginer un seul instant une Suisse romande muette, sans infrastructures, avec une vie associative moribonde ? »


Thierry Loup

Directeur du Théâtre Nuithonie, Villars-sur-Glâne
« L’agglomération fribourgeoise est un cas particulier. Sans l’apport conjoint de la Loterie Romande et du Casino Barrière de Fribourg, le fonctionnement et les créations de notre théâtre n’auraient jamais pu voir le jour. Je suis bien conscient que nous sommes une exception. Mais les exceptions deviennent parfois des règles. Alors je soutiens pleinement cette initiative pour que tous les jeux d’argent soient au service de l’utilité publique. »


François Lindemann

Musicien, pianiste et compositeur, Lausanne
« La Loterie Romande est sans contestation l’organisme de subventionnement le plus généreux pour les artistes créateurs indépendants. Lors d’élaborations de projets, créations de spectacles, force est de constater, après avoir sollicité les services culturels habituels communaux et cantonaux, voire des fondations privées, que la Loterie Romande participe le plus souvent à hauteur de 60 à 70 % du budget.
Sans cette manne, il serait le plus souvent impossible de réaliser la plupart de nos projets. Cette aide permet aux artistes indépendants de pouvoir mieux vivre, sur une période du moins, de leur véritable activité, en diminuant momentanément leur activité alimentaire, qui est le plus souvent l’enseignement de leur discipline.
Il est donc impératif de maintenir légalement la redistribution des produits des jeux d’argent à des artistes créateurs et à certaines institutions sociales. »


Jean-Luc Barbezat

Humoriste du duo comique Cuche et Barbezat, Lausanne
« Le rôle de la Loterie est essentiel dans le processus de création artistique romand. Alors si on se moque de la création dans ce coin de pays, alors je me dis, plus que jamais, qu’on ne peut pas rire de tout. »


Jean-Christophe Geiser

Organiste titulaire de la Cathédrale de Lausanne
« Le jeu permet parfois les grands jeux… d’orgue. Avec presque 7 000 tuyaux, une conception unique au monde, un design signé Giugiaro, les nouvelles (très) grandes orgues fisk de la Cathédrale de Lausanne marquent un jalon dans l’histoire de la facture d’orgue. Mais ce qui permet la facture d’un instrument de musique si exceptionnel, c’est aussi une facture à payer : quelque six millions de francs en l’occurrence. Le soutien de la Loterie Romande aux nouvelles orgues de la Cathédrale de Lausanne a été déterminant, et a permis de faire naître l’orgue du XXIe siècle. »


Pierre-Alain Meier

Réalisateur, Undervelier
« La LoRo connaît un sort classique réservé aux services publics dans la période actuelle – elle est prise en sandwich entre une politique étatique de privatisation qui accorde la priorité aux casinos, et à travers Internet une libéralisation anarchique à l’échelle mondiale. Il faut lui donner les moyens de se battre. »


Germain Meyer

Metteur en scène, Cie de la Dérive, Moutier
« Pour un appui décisif à une création artistique équitativement partagée et résolument indépendante ! »


Marie-Jeanne Liengme

Directrice de Cours de Miracles, Delémont
« La Loterie Romande nous donne les moyens de donner à vivre des moments forts à des enfants de tous les milieux, à des jeunes d’ici et d’ailleurs, à des gens de tous horizons et de tous âges. La culture appartient à tous les publics. Le théâtre nous donne, aux uns et aux autres, envie de rire, d’agir et de réagir, de réfléchir, de nous émouvoir, de nous interroger, de gueuler, de parler, de rêver, de créer, de nous connaître les uns et les autres. C’est ça être vivant, c’est ça être humain. Ce sont ces instants donnés, ces rencontres partagées, ces expériences vécues.
La culture, c’est un bien public. Qui ne pourrait vivre sans le soutien des loteries de service public. »


Pierre-Henri Dumont

Directeur de la Société Suisse des Auteurs, Lausanne
« La vie culturelle romande doit son dynamisme à la Loterie Romande ! Démanteler ou affaiblir cet organisme revient à gravement mettre en cause la survie des activités culturelles de la Romandie. Ne laissons pas notre principal outil d’aide à la création se faire détruire. »


YoungSoon Cho Jaquet

Danseuse et chorégraphe, Lausanne
« Pendant des années, la Corée du Sud dont je suis originaire n’a pensé qu’au développement économique et a complètement négligé la culture. C’était l’époque de la dictature. Mais il y a depuis peu une réelle prise de conscience qu’un pays ne peut se contenter de richesse matérielle mais doit investir massivement dans l’art et dans la culture sous peine de voir la société tout entière souffrir d’une manière de handicap culturel qui se fait cruellement sentir en comparaison des autres pays développés. Il serait dommage que la Suisse prenne le chemin inverse en se privant des apports d’une institution comme la Loterie Romande dont l’aide est simplement essentielle à notre travail. »


Frédéric Recrosio

Zozo, Lausanne
« Social, sport, culture. Bien sûr… ou alors : il s’agit avant tout d’argent. Considérant que le social, le sport et la culture, c’est surtout de la vie volée aux prisons normales du travail, de la famille et du soi, je me dis que s’il s’agit avant tout d’argent, ben c’est moins grave. Alors voilà, j’écris mon slogan (à chanter sur l’air de ‹ Sipuro ho-ho ! ›) : ‹ l’argent c’est super grâce à la Loterie Romande. »


Stéphane Marti

Président de la Fondation Fellini, Sion
« En Suisse Romande, aucun autre mécène n’a la capacité économique de la Loterie Romande, ni sa compétence, ni sa légitimité. Sans l’aide de la Loterie Romande aux institutions sociales, sportives et culturelles, ce pays serait une parfaite utopie de la tristesse et de l’uniformité. Sans Mécène pas de Virgile. Sans Laurent le Magnifique pas de Michel-Ange. Dans notre République, la Loterie Romande est notre Mécène magnifique. »


David Deppierraz

Réalisateur et scénographe, Lausanne
« Pour que nous puissions continuer à faire exister ce que vous aimez tant… Aidez-nous à entretenir le dialogue invisible qui nous lie. »


Gabriel de Montmollin

Éditeur, Genève
« Grâce à la Loterie Romande, le rayonnement d’un livre n’est pas qu’une loterie. Le hasard du jeu fait bien les choses quand ses retombées permettent au lecteur de gagner une meilleure connaissance de lui-même et du monde. »


Anne-Pascale Théoduloz Melly

Présidente de la Fondation du Petit Théâtre, Lausanne
« Le théâtre captive les enfants ; la proximité des acteurs, la beauté des costumes, les décors, la musique, les jeux de lumière contribuent à les faire rêver. C’est la victoire de la poésie sur les jeux vidéo ! La Loterie Romande soutient le Petit Théâtre et rend possible la création. Des projets audacieux ont vu le jour grâce à elle. C’est un partenaire essentiel ! »


Denise Gilliand

Réalisatrice, Écublens
« Nombreuses sont les actions citoyennes qui ne vivent que grâce au don de la Loterie. Veut-on vraiment les voir disparaître ? L’argent de la Loterie est un des rares à ne pas avoir de couleur politique. C’est une garantie d’indépendance très précieuse. »


Velma

Performeurs musicaux, Lausanne
« Nous n’aurions clairement pas pu monter tous nos spectacles sans les contributions de la Loterie Romande. Il est appréciable qu’un organisme de subvention d’une telle importance soutienne la recherche dans l’art. »


Jean-René Moeschler

Peintre et président de la section culture du Conseil du Jura bernois, Malleray
« Il faut aider les gens qui subissent les dépendances au jeu, mais il est impératif d’empêcher que cet argent, et avant tout celui des joueurs consentants et majoritaires, ne parviennent dans des mains privées ! Ces fonds doivent continuer à nourrir le tissu associatif, sportif et patrimonial, les centres de créations et de diffusions artistiques, les communautés locales et régionales, au service de tous : créateurs et spectateurs. »


Jérôme Porte

Cinéaste, Genève
« L’art est aussi une affaire de hasard. »


Stéphane Kirscher

Président de l’Union of Film Music Composers, Lausanne
« Faut-il encore rappeler que la Loterie Romande contribue à la diversité culturelle et au rayonnement national et international des artistes suisses ? Défendre la Loterie Romande, c’est défendre des emplois directs et indirects de l’économie locale et suisse !
Son soutien financier est absolument essentiel pour l’ensemble de l’économie du divertissement et de la culture dans nos régions. Est-il raisonnable de penser que les sociétés de jeux privées s’honoreront de la remplacer avec la même éthique ? Sans toucher aux positions acquises par les casinos, ni aux recettes actuelles de la Confédération, défendre les loteries de service public, telle que la Loterie Romande, c’est tout simplement le bon sens et une juste cause pour de vraies valeurs ! »


Jean-Luc et Marcela Bideau

Comédien et metteuse en scène, Genève
« L’angoisse du parieur au moment du résultat. Le plaisir de l’artiste au moment de l’aide de la Loterie Romande. »


Jean-Marc Grob

Directeur artistique du Sinfonietta, Lausanne
« L’enjeu est que le jeu reste un jeu !
Il ne doit donc
sans jeu de mots
faire celui des casinos. »


John Wäfler, Claudia Schmid et Raphaël Pasche

Roadmovie, Genève
« Grâce à la Loterie, Roadmovie forme aussi le regard des jeunes dans les campagnes, public de demain. Le programme pédagogique d’éveil à l’image culmine chaque après-midi avec une projection/animation conçue spécialement pour les écoles. »


Yvette Jaggi

Présidente de la Fondation des Urbaines et ancienne présidente de Pro Helvetia, Lausanne
« S’il m’arrivait de concrétiser mes espoirs en achetant un billet de loterie, sous les formes colorées et high tech qu’il a récemment prises, je serais bien contente de participer à une entreprise d’utilité publique – avec une toute petite chance de bénéfice personnel.
Car la Loterie Romande, tel que sciemment conçue et minutieusement organisée, est une magnifique machine à produire du mécénat, culturel, social, sportif. Une généreuse source de financement, qui alimente une très grande rivière, un véritable fleuve même tant elle sait faire jouer les effets multiplicateurs. Car la Loterie Romande répartit ses bénéfices en concertation avec d’autres organismes – publics, parapublics ou privés – actifs dans les trois domaines précités.
En matière d’encouragement de la culture, je le sais d’expérience, la LoRo ne se contente pas de procéder à un arrosage très large, en répondant positivement à la majorité des très nombreuses demandes qui lui parviennent. Consciente de l’effet que peuvent produire ses versements, elle intervient de manière plus sélective, d’entente avec les collectivités publiques, cantonales et communales, afin de donner de meilleures chances aux artistes et acteurs culturels soutenus de commune entente. Souvent la Loterie procède par interventions ponctuelles, pour le financement d’un équipement ou d’un projet précis, dans le cadre d’une activité culturelle soutenue par les pouvoirs publics. On dit souvent que si la Loterie Romande n’existait pas, il faudrait l’inventer. Heureusement, c’est déjà fait, et bien fait, de longue date et beaucoup de bénéficiaires y comptent, pour longtemps. »


Delphine Jeanneret et Laurent Toplitsch

Exploitants du Zinema et du Cinéma, Lausanne et Oron
« Sans Loterie, pas de Zinema à Lausanne !
Sans Loterie, plus de Cinéma à Oron-la-Ville ! »


Léonard Gianadda

Président de la Fondation Pierre Gianadda, Martigny
« Quand, dans nos cantons, nous avons la chance de bénéficier de la manne de la Loterie Romande pour nos projets culturels, on ne peut que prier les cieux de nous garder encore longtemps cet apport inespéré et indispensable qu’aucune autre structure publique ou privée ne pourra jamais nous donner. Quand on a la chance d’avoir le soleil, et comme valaisan je sais de quoi je parle, il faut savoir le garder mais aussi le mériter. »


Yves Yersin

Réalisateur, Yverdon
« Touche pas à ma Loterie ! »

© Rédaction de CultureEnJeu. Reproduction des textes autorisée uniquement avec l’accord de l’éditeur et avec la citation de la source. Les illustrations sont la propriété de leurs auteurs respectifs.


Nos partenaires