la couverture du Culture En Jeu N°60

Le numéro 60 vient de paraître !

Au sommaire :

  • Édito : Descendre dans l'arène (Chantal Tauxe)
  • Dossier : 12 pages sur les Artistes engagés
  • Théâtre, le retour des troupes
  • La guerre des plateformes
  • À Villars-sur-Glâne en attendant Noël
  • Pratique du droit d’auteur
s’abonner

Disponibles en ligne

Afficher plus de numéros

« Sierre soutient la création contemporaine »

imprimer imprimer
Y a-t-il un véritable centre valaisan urbain de la culture ?
Christian Nanchen [1] : Chaque ville développe sa propre politique culturelle sans qu’il n’y ait réellement de coordination entre les différents acteurs. Il y a bien sûr le pôle culturel cantonal fortement développé dans la capitale avec une présence forte des musées cantonaux. Toutefois, le Service cantonal de la culture nouvellement créé souhaite améliorer la collaboration entre les acteurs culturels du canton et je ne peux que m’en réjouir.
Genève et Lausanne donnent le « la » de la politique culturelle de leur canton. Qu’en est-il du Valais ?
Je pense que l’État du Valais, par son Service culturel, mène sa propre politique culturelle et chaque Ville valaisanne a ses spécificités. Sierre, par exemple, souhaite développer le pôle de la culture contemporaine.
Quels sont les rapports entre la politique culturelle des villes et celle du canton ?
Nous consultons régulièrement le chef du Service cantonal de la culture. Un esprit d’échange et de collaboration existe vraiment entre nos services respectifs. Nous avons déjà participé avec la Ville de Sierre à des projets organisés en collaboration avec les musées cantonaux, par exemple lors des festivités organisées dans le cadre de l’hommage à la famille Bille qui ont eu lieu à Sion et à Sierre. D’autres collaborations sont en cours, notamment avec le projet Label Art lancé par le Musée cantonal des Beaux-Arts, auquel participeront plusieurs institutions sierroises.
Les politiques culturelles régionales gagneraient en lisibilité si elles étaient mieux coordonnées au niveau des districts
Serait-il souhaitable de créer une unité de ressources financières pour donner plus d’ampleur aux projets culturels ?
Chaque ville doit pouvoir rester maître de sa politique culturelle et donc se munir de ressources financières propres. Dans ce cadre, un soutien plus important à certains projets d’envergure souligne l’image et la politique culturelle de la cité. À Sierre, nous soutenons plus fortement les créations professionnelles ou manifestations intégrant notamment le théâtre, les musiques actuelles et l’image. Cependant, les différentes politiques culturelles régionales gagneraient en lisibilité si elles pouvaient être mieux coordonnées notamment déjà au niveau des districts (le canton est composé de 13 districts, ndlr).
Comment le Service des activités culturelles de Sierre vit-il cette situation ?
Sierre a décidé de mettre en valeur surtout la culture contemporaine. Il existe une certaine légitimité de mettre un accent tout particulier dans ce domaine. Pensons à la présence de l’École cantonale d’Art du Valais, du Forum d’Art contemporain ou encore du Chemin de l’art. Par ailleurs, de nombreux artistes sierrois sont très créatifs dans le domaine des arts plastiques. Les arts visuels sont également bien représentés par différents biais : pensons à Canal 9 qui continue à former des bénévoles ou à l’association Arkaös qui promeut la création de courts-métrages. Il semblait donc pertinent de coordonner ces éléments pour les rendre mieux visibles. Les ressources en créativité sont nombreuses, et c’est une réelle chance pour Sierre.
Avez-vous l’impression que beaucoup d’artistes quittent le Valais ?
Nous connaissons effectivement des artistes de la région sierroise qui ont quitté le canton pour être plus proches des grandes villes comme Lausanne ou Genève. Ces dernières offrent, dans le domaine du théâtre notamment, d’autres perspectives pour les engagements d’artistes.

En revanche, dès qu’ils en ont l’occasion, ces artistes reviennent en Valais pour participer à des créations locales. La création théâtrale qui sera montée cette été au Château Mercier par la Compagnie sierroise Opale, par exemple, réunira plusieurs comédiens sierrois et valaisans.Il y a aussi toute une série d’artistes qui sont restés dans le canton. Il suffit de consulter le programme de Scènes valaisannes pour se rendre compte de la richesse des créations en Valais. À Sierre, nous avons la chance d’avoir les Halles, un lieu magnifique qui se prête tout particulièrement à la création !
Quels sont les domaines culturels que vous souhaiteriez développer davantage et qui vous semblent déficitaires en Valais ?
La culture contemporaine mériterait d’être mieux promue et développée sur le territoire cantonal. Notre ville souhaite installer un centre de culture contemporaine dans les anciens dépôts Usego. Je souhaite vivement que ce projet se réalise dans des délais raisonnables.


[1] Directeur adjoint du Service cantonal de la jeunesse et conseiller communal en charge des Dicastères de la culture et de la sécurité de la Ville de Sierre.

© Gérald Morin. Reproduction des textes autorisée uniquement avec l’accord de l’éditeur et avec la citation de la source. Les illustrations sont la propriété de leurs auteurs respectifs.


Nos partenaires