la couverture du Culture En Jeu N°60

Le numéro 60 vient de paraître !

Au sommaire :

  • Édito : Descendre dans l'arène (Chantal Tauxe)
  • Dossier : 12 pages sur les Artistes engagés
  • Théâtre, le retour des troupes
  • La guerre des plateformes
  • À Villars-sur-Glâne en attendant Noël
  • Pratique du droit d’auteur
s’abonner

Disponibles en ligne

Afficher plus de numéros

« L’interdiction des loteries électroniques menace l’avenir du cinéma suisse »

imprimer imprimer

La décision de la Commission fédérale des maisons de jeux préoccupe également la Commission fédérale du cinéma. Dans une lettre au Conseil fédéral datée du 22 février que nous reproduisons ci-dessous [1], elle fait part de ses inquiétudes. La décision de priver les loteries d’une partie de leurs bénéfices risque d’avoir des répercussions négatives sur d’autres secteurs, comme l’aide au cinéma.

Madame la Présidente de la Confédération,
Madame la Conseillère fédérale
et Messieurs les Conseillers fédéraux,

Au cours de sa séance du 31 janvier 2007, la Commission fédérale du cinéma a décidé de faire part au Conseil fédéral de sa préoccupation au sujet de l’interdiction signifiée aux loteries de développer leurs activités sur supports électroniques.

La Confédération ne devrait-elle pas évaluer les effets à court, moyen et long terme que l’interdiction prononcée par la Commission fédérale des maisons de jeux risque de provoquer sur d’autres secteurs comme celui de l’aide fédérale au cinéma ?Depuis quelques années, les régions apportent une aide au cinéma indépendant en appoint à celle de la Confédération. Le poids de cette aide subsidiaire se révèle chaque année plus important, et sans l’apport des régions, ajouté à celui de la SRG SSR idée suisse, les efforts de la Confédération, qui ne peuvent excéder la moitié du budget des films, ne sauraient aboutir.

Contraire à la loi sur le cinéma

La forte limitation du revenu des loteries, induite par une mesure telle que l’interdiction du Tactilo, du Touchlot et d’autres variantes électroniques de loteries traditionnelles, aura à coup sûr des effets néfastes sur l’avenir du cinéma et de l’audiovisuel suisses. En effet, les bénéfices des loteries constituent une part croissante des moyens que les régions peuvent mettre à disposition de la production audiovisuelle indépendante. En Suisse alémanique, sans le don initial de 20 millions du Fonds de la loterie cantonale, la Zürcher Filmstiftung n’aurait pas pu être lancée sur la voie de son retentissant succès.

En Suisse romande, chaque année, 40% des ressources régionales (le Fonds Regio et les aides locales totalisant 6,3 mios), qui alimentent elles-mêmes 30% du financement du cinéma romand (dont le financement total est de 21 mios), proviennent de la Loterie Romande. À elle seule, la Loterie Romande équivaut à 60% de l’aide fédérale aux films romands (en 2006, 2,5 mios contre 4,2 mios de l’OFC).
À elle seule, la Loterie Romande équivaut à 60% de l’aide fédérale aux films romands
Réduire les bénéfices des loteries au profit de ceux de maisons de jeux privées, qui ne prendront en aucun cas le relais, nous paraît aller à l’encontre du but même de la loi sur le cinéma et entraver des efforts de longue haleine au moment où ils commencent à porter leurs fruits.

Nous vous prions de croire, Madame la Présidente de la Confédération, Madame la Conseillère fédérale et Messieurs les Conseillers fédéraux, à l’assurance de notre haute considération.

Pour la Commission fédérale du cinéma,
Monika Weber, présidente


[1] Titre, intertitres et chapeau sont de la rédaction.

© Monika Weber. Reproduction des textes autorisée uniquement avec l’accord de l’éditeur et avec la citation de la source. Les illustrations sont la propriété de leurs auteurs respectifs.


Nos partenaires