la couverture du Culture En Jeu N°60

Le numéro 60 vient de paraître !

Au sommaire :

  • Édito : Descendre dans l'arène (Chantal Tauxe)
  • Dossier : 12 pages sur les Artistes engagés
  • Théâtre, le retour des troupes
  • La guerre des plateformes
  • À Villars-sur-Glâne en attendant Noël
  • Pratique du droit d’auteur
s’abonner

Disponibles en ligne

Afficher plus de numéros

L’italien unique langue nationale !

imprimer imprimer

Fiction. En l’an 2050, Dante Verdi prit conscience d’un double péril. Le problème linguistique helvétique ne découlait pas seulement de l’impérialisme culturel anglo-saxon. Il tenait tout autant à la dictature provinciale du dialecte.

Dante Verdi remercia le peuple qui venait de l’élire à la présidence de la Suisse et annonça dans la foulée que l’unique langue officielle du pays serait désormais l’italien. « Siamo tutti italofoni ! », scanda à trois reprises le leader bien aimé. Le stade de Suisse archicomble éclata en acclamations.

Nella lingua di Dante

Répercutant la nouvelle sur les ondes, le speaker de la radio alémanique se fendit d’un sonore « Buongiorno, Signore e Signori, da oggi Vi informiamo nella lingua di Dante. » Le clin d’œil patronimique amusa la galerie, mais peu d’auditeurs saisirent la pertinence familiale de l’allusion. Ils ne tardèrent pas à l’apprendre en lisant les hagiographies du guide suprême. Dante Verdi devait son prénom à la passion que ses parents, de modestes agriculteurs de la région de Biasca, en Léventine, avaient nourrie pour la Divina Comedia.

Cet héritage culturel avait bercé toute l’enfance de Dante Verdi. À l’école, le futur président dut choisir entre le français et l’allemand, l’une des autres langues nationales. Il s’exécuta à contre-cœur, jetant son dévolu sur l’idiome de Goethe, mais se promit aussitôt de faire changer les choses le jour où… C’est d’ailleurs le français qu’il finira par apprendre le mieux, sur le tas, après s’être inscrit en philo à l’Université de Fribourg. Parallèlement, un séjour à Londres lui ouvrit les portes de l’anglais.

À l’époque ils étaient peu à oser douter de la vocation universelle de la langue de Shakespeare. Dante Verdi, lui, n’y avait jamais cru. Au moment de son intronisation, il mesura son triomphe à la rapidité avec laquelle les burocrates promirent de mettre en œuvre son grand dessein, l’italianisation du pays.

Pour que les politiciens se mettent d’emblée au diapason, les textes juridiques furent systématiquement édités en italien. Véritable institution du parlement fédéral pendant près de deux siècles, les traducteurs en perdirent leur… latin. Ils se reconvertirent en scribes au service de la propagande. Le budget fédéral économisa des millions grâce à l’uniformisation des véhicules identitaires de l’information.

À l’étranger, l’image de la Suisse connut un gain remarquable. Des quatre langues nationales appartenant désormais au passé, l’italien était la plus populaire, celle que l’on identifiait le moins à une oppression récente. D’une certaine manière, l’Europe, voire le monde, n’était jamais sorti de l’empire romain dont se réclament les italophones. Le peuple revendiquait du pain et des jeux, les guerres alimentaient le quotidien lointain, seuls changeaient les borborygmes de velus barbares.

Contre l’anglicisation de la Suisse

Du haut de son Olympe, Dante Verdi mesurait les progrès accomplis dans la lutte contre l’anglicisation de la Suisse et de la planète. L’aversion que lui inspirait l’anglais, il l’avait développée depuis ce voyage en train entre Bellinzone et Altdorf. Déclarant ne pas savoir le français, encore moins l’italien, le contrôleur des CFF n’avait pas souhaité s’exprimer en Hochdeutsch non plus. La conversation s’était déroulée en anglais. Ce jour-là, Verdi prit conscience d’un double péril. Le problème ne découlait pas seulement d’un impérialisme culturel, importé du consumérisme anglophone. Il tenait tout autant à une dictature locale, le provincialisme du dialecte.

Épisodiquement, des Suisses issus d’une minorité avaient tenté de secouer le joug. En 2014, le député tessinois Marco Romano s’était adressé au Conseil fédéral en des termes provocants : « Faut-il modifier l’article 4 de la Constitution et faire du suisse-allemand une langue nationale en lieu et place de l’allemand ? » Le gouvernement avait répondu par une lapalissade et on en était resté là.

Le peuple choisit un Romand

Quand Dante Verdi se jura d’éradiquer l’allemand officiel, il y parvint au-delà de ses espérances. Du Bodan à la Sarine, les habitants s’adaptèrent à une langue qui ne les empêchait pas de parler la leur. Tout autre, en revanche, fut le résultat dans la partie occidentale de la Suisse. L’élimination de la langue d’oïl s’avéra un nœud impossible à dénouer pour le petit père de la Suisse, allant jusqu’à provoquer la chute du tyran. Dante Verdi avait tout simplement oublié que la Suisse romande ne pratiquait plus son patois depuis longtemps. Le français jouait véritablement son rôle de langue véhiculaire. On ne pouvait en dire autant pour l’italien au Tessin où le dialecte s’employait couramment dans les vallées, voire au cœur des métropoles.

En 2060, prisonnier de ses contradictions, Verdi fut chassé de Berne. Pour lui succéder, le peuple choisit un Romand, Jean Molière. Ce dernier imposa le français en tant que seule langue nationale.

© Christian Campiche. Reproduction des textes autorisée uniquement avec l’accord de l’éditeur et avec la citation de la source. Les illustrations sont la propriété de leurs auteurs respectifs.


Nos partenaires