la couverture du Culture En Jeu N°60

Le numéro 60 vient de paraître !

Au sommaire :

  • Édito : Descendre dans l'arène (Chantal Tauxe)
  • Dossier : 12 pages sur les Artistes engagés
  • Théâtre, le retour des troupes
  • La guerre des plateformes
  • À Villars-sur-Glâne en attendant Noël
  • Pratique du droit d’auteur
s’abonner

La musique aussi relève du service public - jeu 8 octobre 2015

Le coup de cœur d’ Alfio Di Guardo: «Fatima», l’histoire d’une femme ordinaire… mais tellement extraordinaire



Fatima n’a l’air de rien. Discrète, maîtrisant mal le français, elle ne cherche noise à personne. Mais elle marche droit et sans raser les murs. Elle travaille comme femme de ménage et vit seule avec ses deux filles, une adolescente en révolte d’une quinzaine d’années qui est au lycée, et l’aînée, 18 ans, qui s’oriente vers des études de médecine. Ses filles sont sa fierté, elle ne vit que pour elles. Elle met toutes ses forces, tout son cœur à leur service, afin que leurs vies soient plus douces, meilleures, que la sienne. Fatima n’a l’air de rien, donc, une ombre parmi tant d’autres, qui se lève aux aurores pour rentrer aux premières lueurs des néons. Une femme ordinaire… mais tellement extraordinaire!

Et c’est toute l’intelligence, l’art, de Philippe Faucon de nous le montrer. Il l’accompagne dans son quotidien d’une caméra pudique et délicate à la fois. Il la dévoile sans la dénuder. Au contraire même, en la dévoilant, il la renforce, la transforme en une véritable héroïne. Plus le film avance, plus Fatima grandit. Comme un peintre qui esquisse par petites touches, Philippe Faucon, image après image de sa caméra pinceau, révèle, dessine un personnage qu’on n’oubliera plus. Fatima parle mal le français et porte le voile. Elle est isolée, comme face à un mur. Eh bien ce mur, elle va l’abattre. Car Fatima a envie d’apprendre, de participer, de vivre. Entre deux ménages, elle prend des cours de français, écrit en arabe tout ce qu’elle n’a pas le temps de dire à ses filles, au monde.

À travers l’épopée de Fatima, Philippe Faucon aborde des sujets de société fondamentaux. Des petits problèmes du quotidien qui le rendent douloureux (comment aider ses enfants, lorsqu’on parle mal la langue du pays dans lequel on vit?), les rapports de classe, la fracture sociale, l’exclusion, la tolérance, le choc des cultures… Autant de thématiques en général propices à des débats furieux, mais qui ici, sous le regard de Philippe Faucon, apparaissent comme des aléas surmontables, notamment grâce à la bonne volonté. Pas une image de trop, pas une scène de trop, simplement un miracle de film qui parle à la conscience et qui vous laisse la gorge serrée d’émotions. Inspiré du journal de Fatima Elayoubi, femme de ménage marocaine émigrée en France, Fatima est un hymne à la dignité.

Fatima, de Philippe Faucon (France, 2015, 79’). Dès le 7 octobre 2015.
Pour en savoir plus : www.cinemas-du-grutli.ch


Nos partenaires